Actu du GPI2D, Electronique - électrotechnique

La réalité virtuelle s’invite dans notre CAP électricien !

Au mois de mars 2022, nos stagiaires en CAP électricien au lycée Marcel Deprez ont eu l’opportunité de découvrir le logiciel de réalité virtuelle proposé par la société DEC afin de préparer les habilitations électriques. C’est la seconde fois, après la visite des plateaux techniques de Koryan en décembre 2021, que le GPI2D assiste à des démonstrations concernant la réalité virtuelle : serait-ce l’avenir de nos formations ?

Publié le

Qu’appelle-t-on « réalité virtuelle » dans la formation ?

Le terme de réalité virtuelle désigne la technologie informatique qui simule un environnement dans lequel est immergé l’utilisateur, grâce à un casque équipé de lunettes et parfois d’écouteurs, créant un monde virtuel en trois dimensions. L’utilisateur peut interagir avec son environnement. De plus en plus de sociétés se lancent dans l’édition de logiciels simulant des contextes professionnels. Les différents scénarios ainsi créés permettent de se former aux gestes techniques de divers métiers.

DEC, la société sarthoise intervenue au lycée Deprez, développe en particulier des solutions virtuelles dans les domaines du pilotage de ligne de production, des fluides et de l’électricité. Les stagiaires du CAP électricien ont ainsi pu essayer un logiciel de mise en situation de travaux sur des installations électriques basse tension (norme NFC 18-510), dans le cadre de la préparation au passage des habilitations électriques.

L’intérêt de la réalité virtuelle dans les formations en électricité

La préparation aux habilitations électriques en réalité virtuelle présente de nombreux avantages :

  • Pouvoir simuler des situations variées, de la plus simple à la plus complexe et dans un environnement ne se limitant pas aux ateliers de formation et aux équipements disponibles sur place (simulation de travaux de réparation dans des bureaux, d’une intervention ponctuelle dans une maison, de la maintenance d’une éolienne…).
  • Pouvoir s’exercer en toute sécurité. Le stagiaire peut s’entrainer dans des situations réalistes mais en se protégeant de tout risque d’électrocution.
  • Pouvoir analyser ses séances. Chaque simulation produit un rapport qui pourra être analysé par le stagiaire et son formateur en temps réel. Les séances virtuelles sont enregistrées sous forme de vidéo afin de déceler les erreurs commises et les corriger.
  • Désengorger les plateaux techniques.

Utilisée en classe entière, la réalité virtuelle permet aux formateurs d’aider et de corriger les apprenants en situation professionnelle virtuelle. Utilisée en autonomie, elle permet de manière ponctuelle de valider ses connaissances et les procédures liées aux exigences du métier.

Cette nouvelle méthode d’enseignement à la fois pédagogique, ludique et proche de la réalité du terrain, présente donc de nombreux avantages et se positionne comme un excellent complément aux heures de formation en atelier. La solution de DEC a autant enthousiasmé les stagiaires futurs électriciens, que les formateurs et les équipes du GPI2D et ouvre de nouvelles perspectives pour l’avenir.

Vous aussi, commentez cet article
Choisir un avatar :
(Ne sera pas affiché sur le site)